Fantasia 2000

Valeur artistique : L'idée de départ est très originale et l'on est très surpris et charmé du résultat. Les morceaux sont variés, et la bande image aussi, laquelle passe du dessin animé classiques aux images de synthèses (modernité exige). Chacun, en fonction de sa sensibilité, préférera tel ou tel morceau, car, même si l'ensemble est inégal, on ne s'ennuie jamais. Les réalisateurs ont réussi à faire passer des émotions diverses, ce qui n'est pas évident. On est tour à tour surpris, amusé, ému. Les enfants seront ravis de retrouver des personnages qui peuplent leur imaginaire, comme Donald ou Mickey, et Fantasia leur permet de se familiariser avec les grands de la musique classique (Beethoven, Chostakovitch, Stravinski...) . Les adultes se laisseront séduire autant par la musique (qu'ils redécouvriront sous une nouvelle approche) que par l'image. Valeur humaine : Rien à redire de ces extraits, qui véhiculent même un message moral positif.

En 1940, Walt Disney invente un nouveau style de dessin animé, conçu uniquement pour accompagner des morceaux de musique classique, le but étant de créer une véritable symbiose entre l'image et la musique. Soixante ans plus tard, les studios Disney présentent de nouveaux morceaux. Sur les 8 présentés dans le présent film, un seul (« L'apprenti sorcier ») figurait dans le film de 1940 (« Fantasia »).



ISBN 9782