Pourquoi faire lire la vie de héros et de saints ?

Il fut de bon ton, il y a quelques années, de rejeter ces vies exceptionnelles à l'aide de bons arguments tout droit sortis d'un arsenal psycho-sociologique resservi à toutes les sauces ! Il est temps, un mauvais usage des sciences humaines ayant provoqué bien des dégâts, de se poser ce type de question. Il est bien certain que nos enfants ont peu de chance de se retrouver dans les circonstances où s'illustrèrent Jeanne Hachette ou le chevalier Bayard, Sainte Blandine où Mère Teresa... encore que... En revanche, tout être humaine, dans son existence est confronté à des situations où il doit, pour continuer son chemin et ne pas -couler à pic-, faire preuve de sentiments, de réactions que l'on peut qualifier d'héroïques. Oh ! Un héroïsme humble, caché, ponctuel ou quotidien, à l'allure banale parfois et qui ne fait pas l'admiration des foules, mais héroïsme tout de même. Héroïque le chômeur qui s'acharne, malgré tous les échecs, à chercher un emploi. Et chacun a mille et mille exemples dans sa vie ou celle de ses proches de situations brèves ou définitives qu'il a fallu surmonter par un surcroît de courage, parfois incroyable, que les chrétiens savent soutenu par la grâce. C'est l'exemple qui entraîne au courage, et l'exemple est souvent reçu à travers la lecture au long des années de l'enfance et de l'adolescence. Ne craignons donc pas, à l'aide des vies de saints et de héros, avec le discernement nécessaire pour ces derniers, de mettre en place des structures solides dans les domaines de la mémoire, de l'intelligence, de la sensibilité, de la foi sur lesquelles pourront s'appuyer les futures adultes au temps de l'épreuve. N'oublions pas, non plus, que les enfants, eux aussi, peuvent être héroïques... {Hélène Fruchard.}


ISBN 9782