Par votre don, soutenez notre travail

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

janvier 2020 (réédition)

collection « Le Temps retrouvé »

432 pages

11,50 euros

 

 

❤️ Alexandrine des Echerolles. Une famille noble sous la Terreur

Paru initialement sous le modeste titre « Quelques années de ma vie », ce livre déborde le cadre d’une famille et d’une période, ce qui en fait un témoignage particulièrement intéressant.

C’est d’abord l’autobiographie d’une adolescente de 13 ans obligée de fuir la ville de Moulins au début de l’année 1792, accompagnant son père et sa tante menacés par les troubles révolutionnaires. Ainsi commence le récit de souvenirs dignes du plus palpitant des romans, mais d’un roman tragique car à peine réfugiés à Lyon les proscrits, cachés, vivent au milieu des massacres qui s’intensifient après le soulèvement et la reprise de la ville par les troupes de la Convention.

La Terreur, alors, bat son plein, avec les incarcérations, les mitraillades et la guillotine qui font d’innombrables victimes. Au milieu du déchaînement sanguinaire, Alexandrine, elle-même menacée et surveillée, trouve malgré sa peur, le courage de visiter et ravitailler sa tante au fond de geôles sordides jusqu’à l’exécution de celle-ci.

C’est le sommet dramatique de l’ouvrage, mais peines et joies, épisodes pittoresques ou angoissants vont continuer à se succéder pendant des années de poursuites et d’errances.

Composé et écrit longtemps après les événements relatés, ce récit est pourtant d’une étonnante fraîcheur. Au milieu de nombreux rebondissements, on y rencontre un foisonnement de personnages. De nombreux détails sur la vie quotidienne le rendent extrêmement vivant.
Comme toujours en période troublée, la cruauté côtoie la bonté et le désintéressement la vénalité. Mais les exemples de courage, d’abnégation, de grandeur d’âme et de foi marquent la sensibilité si éprouvée d’Alexandrine.
Très émouvant et en même temps passionnant, ce témoignage, reconnu en son temps, n’a rien perdu de son intérêt. Il peut être lu dès 16 ans par de bons lecteurs férus d’histoire mais aussi de destinés humaines singulières, ou simplement de récits romanesques.