Par votre don, soutenez notre travail

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

mars 2023

64 pages

16,90 euros

❤️ Justes parmi les nations. Les réseaux de la liberté

« Mes parents, je crois que je les attends toujours…et il arrive encore que  mon cœur batte stupidement en entendant sonner à la porte. »

Un vieil homme se souvient de la terrible occupation allemande qu’il a vécue, enfant juif à Nice. Quand ses parents ont été embarqués par la Gestapo, il a été sauvé par des âmes courageuses. Si tout d’abord, les juifs niçois se sont sentis protégés par la présence italienne, très vite, en dépit de représentants de l’autorité transalpine qui ont tout fait pour freiner et empêcher les arrestations, comme partout, dénonciations, complicités fanatiques et machinations folles, ont conduit des vieillards, hommes, femmes et enfants en déportation dans les camps de la mort.

Qui s’est placé entre les SS et ces personnes ? Des héros.

Évêques, religieuses, hauts fonctionnaires ou petits employés administratifs, jouant parfois double jeu et mettant leur vie en péril, ils se comportèrent en hommes et femmes justes. « Justes parmi les nations », comme les qualifient les autorités juives reconnaissantes.

Parce que, comme le disait Son Excellence Monseigneur Jules-Géraud Saliège, archevêque de Toulouse en août 1942, dans sa lettre pastorale placée en exergue de la BD :
« Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits, tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu.
On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer.

Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle (…) 
France, patrie bien aimée, France qui porte dans la conscience de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine. France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces horreurs. »

Cette bande dessinée sonne juste et reflète un travail approfondi par scénaristes et dessinateurs qualifiés pour mettre en lumière ceux qui agirent dans l’ombre et dont le souvenir doit être connu pour appréhender de manière nuancée cette page d’histoire qui a brisé tant de familles et meurtri durablement la France.